Mournblade

La Grande Flotte des Échos

Oreste aux Confins du Monde

Myrsath 32: Alors que la ville reprend vie et que la poussière retombe sur les ruines du Vieux-Quartier mes compagnons et moi même accompagnons notre Prince à une entrevue avec le nouveau héros de la cité ambitieuse. Après cette première rencontre prometteuse entre Oren et Partann nous retournons à la Demeure pour y célébrer la victoire militaire de Bakshaan mais aussi la victoire politique de l’ Assemblée du Crépuscule.
Oren nous annonce la dissolution de notre loge et nous parle aussi de l’étape suivante de notre mission, encore incertaine. Il nous invite aussi à nous reposer et à prendre du temps pour nous même avant de nous relancer dans d’autres missions à son service.

Ma douce amie,
Je vous écrit en cette heure grave, alors qu’autour de moi l’odeur de la mort emplie encore l’air, et que la ville en ruine sort a peine de la fureur de la bataille. Des cadavres emplissent les rues, des hommes pleurant leur frères tombés au combat, des femmes pleurant leurs époux, des mères pleurant leur fils.
J’ai survécu, tout comme le reste de mes compagnons, je suis épuisé et blessé, mais rien qui ne pourra guérir. La bataille est à nous, la ville est à nous. Le forces conjointes de notre Prince et des autres alliés de la ville on eût le dessus sur l’armée blanche Vilmiroise et ses machines de destruction.
C’est une grande victoire pour Bakshaan, pour l’Ilmiora, et pour notre cause.
Mais trêve de politique, car je sais que ce n’est pas ce que vous voulez lire de moi. Je n’ai malheureusement pas reçus votre réponse a ma précédente lettre, certainement perdue avec tant d’autres messages qui n’arrivèrent jamais. Ne vous inquiétez de rien, ici tout va bien a présent et la vie reprend ses droits.
Je ne sais exactement combien de temps notre Prince prévois de rester en Ville, ni si il aura besoin de moi. J’espère pouvoir quitter la ville bientôt, une fois quelques affaires réglées. Je ne sais encore si notre Prince aura besoin de moi ailleurs mais je viendrais certainement bientôt vous retrouver à Occelia.
Votre époux qui vous garde en son coeur.
Lassan, Myrsath 32, 362 JR.
Bakshaan

Myrsath 33: Après ma méditation matinale et suivant les conseil d’Oren je décide de ne pas rester à la Demeure et déménage chez Livia. Je passe donc la plus grande partie de la journée à déplacer mes affaires avant de passer du temps avec mon amie. Nous sommes heureux malgré tout les malheur qui nous lies. Je me sens bien avec elle, mieux qu’avec quiconque il me semble. Nous recevons en fin d’après midi une invitation à la Maison Discrète pour le soir même et décidons de nous y rendre ensemble.

Myrsath 34: Je repasse à la Demeure pour y déposer les lettres d’adieu rédigés pour mes compagnons. J’y aperçois brièvement Ancelin mais n’ose interrompre sa discussion vraisemblablement d’importance avec Oren. Je passe ensuite à La Givrée, pour m’enquérir des dégâts occasionnés par les combats, mais il semble que cette partie du quartier ai été épargnée. Depuis la Givrée j’envois deux missives.

Ma Dame,
Je vous envois cette missive afin de prendre de vos nouvelles après les horreurs que notre belle cité à endurée. J’espère que vous accepterez aussi de me rencontrer à nouveau afin que je puisse m’excuser du quelconque tord que j’ai pu vous causer. Je pense de plus que notre la création d’Orphelinats que nous avions évoquée ne saurais pas être plus à propos au vu de l’état de la ville et de du renouveau qui arrive.
Bien à vous.
Leccia,
Je serais heureux de vous retrouver afin de prendre de vos nouvelles de vive voix, et entendre un peu plus des exploits dont toute la ville parle! À très bientôt je l’espère.

Je rejoins ensuite Livia, ensemble nous parcourons la ville agitée par les retombées de la victoire. C’est dans notre champs favori du Caravansérail que nous nous arrêtons pour mon entrainement à l’arbalète, qui n’est pas très sérieux mais très joyeux et espiègle. Nous méditons ensuite ensembles baignés par les rayons du soleil et le bruit du vent dans les blés pour seul marqueur du temps, les clameurs de la ville réduites à un bruissement lointain. Nous discutons longement, de tout et de rien, de nous, de la vie, de la ville, du passé un peu, du future beaucoup.

Myrsath 35: Je reçois en fin de matinée les réponses de Leccia et Mme Hjera, la première propose de nous retrouver demain soir, devant l’ Ancien Théatre, la seconde m’invite chez elle le surlendemain. Je passe une nouvelle fois la journée et la soirée avec Livia, les moments simples que nous passons ensemble me font beaucoup de bien après le chaos des semaines passées et les horreurs de la bataille.

Mon tendre ami,
Tu ne devais pas t’attendre à cette lettre de ma part. Cela fait bien longtemps que je ne prend pas le temps de t’écrire et je m’en excuse sincèrement.
Mais j’ai pris ce temps aujourd’hui, alors que la ville reprend vie autour de moi, car il me semble important de t’écrire après les troubles graves dont tu aura certainement entendu parler. Tu entendra certainement parler de la bataille et de la grande victoire des l’armées conjointes de Bakshaan, Ilmar, du Krak de Laem et d’un troupe mercenaire venue d’Occelia. Je voulais que tu sache que je vais bien, que la bataille fut rude pour tous les habitants de la ville, mais nous en sommes sortis grandit et plus unis que jamais, c’est beau a voir!
Après cette expérience terrible je ne peu m’empêcher de penser à mes choix, à ma vie, à ceux qui me sont proches. Je pense a toi, tendrement, tu me manque. Mais cette attende ne devrais plus trop durer. Je passerais certainement à Ilmar dans les mois prochains, et serais heureux de t’y retrouver, mon ami.
D’ici là, j’espère que tout va bien pour toi.
Ton ami qui ne t’oubli pas.
Syolan, Myrsath 35, 362 JR.
Bakshaan

Myrsath 36: Après une nouvelle journée de repos et de délices avec Livia je retrouve Leccia en début de soirée, nous partageons d’abord une “galette pourpre” aux Délices de Menii en partageant nos souvenirs de la bataille. Je suis admiratif des exploits que Leccia et ses camarade de phalange sont capable d’invoquer. Nous marchons ensuite longtemps dans la nuit festive de Bakshaan. Puis, au détour d’un bal folklorique, il nous prend l’envie de danser. Nous dansons, du mieux que nous pouvons, nous tourbillonnons ensemble pendant des heures, célébrant la vie et la communauté, riants, chantants, jouants, nous sommes heureux. Alors que les heures avances nous refusons de mettre fin à cette trêve que nous apprécions ensemble. Nous décidons de nous mettre en route vers le Château Nikorn, pour admirer la ville depuis ses hauteurs. Alors que nous sortons de la ville par la porte Nord je reconnais Ancelin qui lui rentre en ville accompagné par trois personnes que je ne distingue pas bien dans l’obscurité. Une fois arrivé au château, et après une petite frayeur en escaladant la roche, nous restons assis sur la muraille à admirer la ville et les étoiles, et à mesure que le jour pointe nous comprenons que notre rêverie commune d’une nuit touche à sa fin.

Myrsath 37: Après qu’une bonne partie de la journée ai disparue dans les draps, je me rend comme convenu à la demeure de Mme Hjera. J’y passe la fin d’après midi et une longue soirée durant laquelle je réussit à convaincre Katliin d’investir dans le projet d’Orphelinats pour le Vieux-Quartier. Nous parlons aussi beaucoup d’elle, de sa vie, de ses maux, du départ de son fils. J’ai le sentiment qu’elle réussit enfin à accepter que notre amitié est acceptable et qu’elle n’a rien à craindre de s’ouvrir à moi. Je comprend aussi que dès qu’une tierce personne entre dans la pièce elle ne peut se permettre de laisser paraitre aucune intimité, et je joue ce jeu du paraître avec plaisir.

Myrsath 38-39: Préparation pour la réalisation du projet d’Orphelinat (Joshe, Neia, Livia, Ashem)

Myrsath 40: Entretien avec Oren à La Givrée. Soirée avec les élues de la Loi à la Coquille Vide. Dernière nuit avec Livia

Sathran 1: Entretien avec Arriamis. Départ vers l’Égide du couchant avec les élues de la Loi.

Sathran 3: Arrivée à l’ Égide du couchant.

Sathran 4: Rencontre avec Maitre Verius. Attentat contre ma personne dans la nuit, sauvé par Amaluna. Fin de nuit avec Leccia.

Sathran 5-7: Enquête + recherche de navire.

Mon Prince,
C’est malheureusement pour vous apporter de graves et bien tristes nouvelles que je vous envois cette missive.
J’ai rencontré Maitre Verius dès mon arrivée à l’Égide, mais il n’a malheureusement rien put m’apprendre sur la disparition de la cargaison. Lui a rencontrer un agent ayant toute les informations nécessaire au retrait de la marchandise et pouvant s’acquitter de son paiement rubis sur l’ongle. Lui et les quelques de ses employés ayant interagis avec cette personne décrivent une belle femme aux yeux verts, Estienne, portant de nombreux voiles et étoffes précieuses. La marchandise fût ensuite chargé sur un navire appareillant pour Ilmar. Je continuerais mes recherches une fois là bas, si tant est que cela soit possible.
Le soir même de mon entrevue avec Maitre Verius, je fût attaqué dans la nuit dans ma chambre, par trois individus masqués et très organisés, je ne dût ma survie que grâce à l’intervention salvatrice d’une jeune acrobate courageuse qui fut réveillée par le bruit. J’ai hâte que vous la rencontriez, car elle ne manquera pas de vous étonner je le pense.
Les trois individus ont périt dans ou suite à cette rixe, mais j’ai put apprendre qu’ils étaient au service de l’Usurpateur. Les autorités locales ont clos une courte enquête sans que je soit inquiéter, tous les témoignage concordant en ma faveur. J’aurais cependant dût être plus vigilant et le serais à l’avenir.
Dans les jours qui suivirent je me mit en quête de potentiel navires et équipages pour notre projet de voyage. Trois capitaines m’ont signalé leur possible disponibilité dans les semaines à venir et me semble envisageable selon nos besoins. Ils pourront être contactés après décisions faite, et en temps voulus, mais je vous les détail un petit peu plus ci-dessus afin que vous puissiez réfléchir à ce choix.
Le Squal, navire de taille moyenne, son équipage et son vieux capitaine, Dario Drakaris, sont disponible pour 2 Roys la journée.
La Veille Magda, qui porte assez mal son son il me se semble puisque qu’il s’agit d’une mince et rapide esquif menée par une Jeune capitane du nom de Rildar Ermeold, est moins coûteuse à 1 Roy d’Or par journée d’emplois.
Et enfin le Lien de Minuit, un gros navire au capitaine expérimenté, Servirius Mleotar, me semble un peu hors de prix à cinq Roys d’Or chaque jour, mais pourrais s’avéré nécessaire sur une plus courte durée.
Je part demain matin pour Ilmar, et devrais y arrivé sous quelques jours, si Straasha nous est clément. Bien a vous mon Prince, en espérant que vous apprécié la qualité de votre séjour à Bakshaan.
Votre ami et serviteur
Katan, Sathran 7, 363 JR.
Égide du Couchant
Ma douce amie,
Mon voyage m’emmène finalement vers Ilmar, après quelques jours à l’Égide du Couchant, avant de venir vous retrouver à Occelia.
J’espère que tout vas bien et qu’Annysa grandit bien, je compte sur vous pour lui faire un baisé de ma part.
Je prend le bateau pour Ilmar demain et serais certainement déjà arrivé quand vous lirez cette lettre. Espérons que les flots de Straasha seront cléments!
Votre époux qui vous garde en son coeur.
Katan, Sathran 7, 363 JR.
Égide du Couchant

Sathran 8: Départ vers Ilmar à bords du navire Les Cent Lièvres.

Sathran 9-10: Croisière paisible, rencontres avec certains passagers dont Efraïm, Octave, Kerryn et L’ejj’an.

Sathran 11: Attaque de Pirates de Pan Tang, sauvés par une tempête, et perdus en mer pendant de longs mois.

Oreste_Amaluna_pan_tang.png

Découverte de La Grande Flotte des Echos.

Séjour sur la Grande Flotte des Echos: Réveil avec quelques compagnons sur le navire désert. Rencontre avec le Capitaine de la Flotte. Invocation involontaire de Xar-na’Saeph. Sacrifice de 4 compagnons pour invoqué un démon du voyage pour pouvoir partir. Détachement de La Grande Flotte des Echos. Retour sur la mer Pâle au large d’Ilmar.

Elorden 11: Arrivée à Ilmar. Rencontre avec Cassius Prasiroi.

Mon Prince,
Je suis en vie. Je suis navré de mon long silence, c’est une longue histoire que je vous raconterais a notre prochaine entrevue si vous le voulez. pour l’heure il suffit de dire que notre navire fur perdu en mer pendant de longues semaine et qu’il me fallut survivre avec malheureusement bien peu de mes compagnons d’infortune, et sortir des tempêtes et des brumes de la perdition.
Nous arrivâmes enfin à Ilmar, hier à peine. Le navire est en bien piètre état mais il n’appartient a présent à personne d’autre qu’a ses quelques passagers. Qui ont tous accepter d’en faire don à l’Assemblée, et d’en former un début d’équipage. Le destin nous joue des tours, mais il semble qu’a la fin il y ait toujours un progrès. Le voyage fût rude tant sur le plan physique qu’émotionnel, mais je vais bien.
Je suis passé au marché du Grand Canal et j’ai rencontré la marchande de fruit que vous m’aviez recommander. Les préparatifs du festin sont en cours, il est prévu pour Elorden 29. Tout devrais bien se passer.
Je partirais pour Occelia au plus vite après, afin d’y retrouver m’a famille. J’y attendrais votre prochaine lettre, si la mienne trouve son chemin jusqu’à Bakshaan, ou je l’espère votre séjour à été fructueux.
Votre ami et serviteur.
Syolan, Elorden 12, 363 JR.
Ilmar
Ma douce amie,
Je suis navrée du long silence que vous avez dut endurer! Je m’en excuse mille fois, mais il n’était pas de mon fait. Notre navire fut perdu en mer pendant de longues semaines, et il me fallut survivre avec mes compagnons d’infortune afin de sortir des tempêtes. Nous fûmes finalement secourût par un autre navire voguant lui aussi vers Ilmar.
Je suis maintenant sains et sauf, à Ilmar. Je dois y rester un peu afin de reprendre des forces, mais vous verrai très bientôt à Occelia.
Votre époux qui vous garde en son coeur.
Syolan, Elorden 12, 363 JR.
Ilmar
Mon amour,
Je suis en vie. Je ne sais pas comment, je ne sais plus pour quoi, il y a même certains instants ou j’en doute. Mais je suis en vie. Après encore un méandre du destin, que je ne puis exprimer intelligiblement par écrit, je suis enfin à Ilmar! Trois mois! trois mois de voyage, de perdition, de brumes fantomatiques, avant de revenir enfin au monde. Quand nous levâmes l’ancre une semaine à peine après le début de cette nouvelle année, tout semblait possible, aujourd’hui j’ai simplement l’impression d’avoir perdu tellement de temps, tellement de moi même.
Tu me manque, follement. En mettant le pied à quai je n’avais qu’une pensée, une pensée folle, que tu soit venue à Ilmar n’ayant pas de nouvelle dans l’espoir de m’y retrouver. A chaque pas j’espérais que tu apparaisse dans la foule et me prenne dans tes bras. Je t’aime, éperdument. Plus que je n’ai jamais aimé. Et même si nous savons tout les deux que ce sentiment peu chez moi prendre de nombreuses formes, et être volatile, il n’en reste pas moins intense et sincère. Je t’aime. Pardonne moi pour ce si long silence, il n’était comme tu l’auras compris en aucun cas volontaire.
Mais trêve de lamentations, tu n’a certainement pas envie de lire les complaintes d’un vieux fou. Je vais reste quelques temps à Ilmar afin de reprendre des forces, et de reprendre le cours de ma vie. Je continuerais ensuite vers Occelia, et reviendrais je l’espère après cela vers Bakshaan, et vers toi. Je pourrais alors de raconter mon voyage et te parler plus des raisons qui me poussent sur les routes à travers l’Ilmiora depuis si longtemps. Je ne veux plus rien te cacher.
J’ai aussi décidé de mettre fin à ma relation avec Ottaune. Ce ne sera pas facile. Il m’est très cher, et les flammes de notre passion me consume si facilement. Mais je veux être honnête avec lui aussi. Il connait finalement si peu de moi, du “vrai” moi, si cela à un sens, mais je ne peux lui imposer toutes les révélations que tu as put supporter, et donc il n’est que juste que ne lui impose pas une relation illusoire.
Après avoir cru tout perdre, je me sent a présent la force d’affronter mes démons, de reconstruire ce qui peu l’être, de laisser derrière moi ce qui ne le peu. Comme un renouveau, une renaissance. J’entre je le sens dans une nouvelle ère, une nouvelle phase, plus saine, moins torturée, moins illusoire. C’est pourquoi j’aurais une longue discussion avec Dlumila, pour tout lui dire, de moi, de toi, de toutes ces choses qu’elle soupçonne certainement, qu’elle ressent assurément. Mon espoir et qu’elle puisse accepter, m’accepter, tel que je suis vraiment. Mais là encore, si elle ne le peu, je ne pourrais que la comprendre, et ne peu pas la retenir, l’enfermé alors même que je me libère de tant de noeud qui m’ont étouffés pendant tant d’années.
Je ne sais donc pas dans quel état familiale et sentimentale je te retrouverais, mais tout sera oublié j’en suis sur quand mes yeux se poseront sur ton visage, mes mains sur le creux de tes hanches, mes lèvres sur les tiennes, ma peau sur ta peau, mon corps sur ton corps, ton corps sur mon corps, ton âme sur mon âme.
Ton amour, dont les pensées brules pour toi.
Syolan, Elorden 12, 363 JR.
Ilmar

Elorden 13-28: Séjour de repos à Ilmar. Enquête sur les fréquentations et les habitudes du Sénateur Lykkan.

Elorden 29: Rencontre avec Thaddée Lanthanumet le reste de la Loge Crépusculaire d’Ilmar.

Elorden 30: Départ vers Occelia sur Les Cent Lièvres avec Thaddée, rencontre deMasadel et Sylvia Neodyme.

Elorden 33: Arrivée à Occelia. Discussion avec Dlumila.

Elorden 34: Audience avec Faraj Kosselys. Entretien avec Oren.

Mon amour
Je ne sais que dire. Je suis tellement heureux, tellement combler! Et à la fois tellement désemparé par ta nouvelle. Je hâte de te retrouver pour pouvoir exprimer proprement mes sentiments. Je suis désolé de ne pouvoir déjà être avec toi, et de ne pas l’avoir été dans ses premiers mois. Je suis heureux de lire que tu vas bien, que l’enfant va bien. J’imagine que tu l’a déjà fais mais n’hésite pas à demander le soutient de [[:joshe Joshe]], qui aura certainement des amis doctes. Dans une moindre mesure, et si le besoin était tel, j’imagine que notre ami à la Maison Discrète peu aussi être de bon service. Si tu as besoin de quoi que se soit fais m’en part, et je m’arrangerais pour que mes contactes sur place mettent le nécessaire à ta disposition.
Ton amant éperdu.
Lonyan, Elorden 34, 363 JR.
Occelia

Comments

Shmngg LeGoSS

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.