Mournblade

Le Roi des Gueux - Acte III

Les Méandres de l’Ambition

Katan, Myrsath 12
Nous rencontrons Shaarl par l’intermédiaire de Katliin Hjera. Shaarl fait partie de la petite noblesse attirée par la richesse des Princes-Marchands de la cité, et il fréquente les soirées organisées sur le Plateau des Jardins du Gouverneur par Nastélian le Terne et Rekmaen. Nous le charmons et en profitons pour en apprendre un peu plus sur la situation politique de la Cité Ambitieuse. Notre plan fonctionne et il nous fera entrer le lendemain dans les soirées du père d’Ardadrimis.

Au cours d’un entretien avec le fou des princes, Narayan apprend deux informations précieuses. D’une part, d’après Tatterdemalion, si les sénateurs Jiako et Mahaut sont des adversaires le jour, ils vivent ensemble de toutes autres aventures la nuit. D’autre part, le Haut sénateur Partann Ishmeria disposerait d’un cercle de conseillers proches qui court-circuiterait de fait les sénateurs, format un Sénat hors du Sénat. Ainsi, son amitié directe avec Hek de Mirn rendrait Yvon presque inutile, Vishkar Nodran serait son soutien auprès des princes-marchands, etc.

Ce soir là, nous fêtons également l’anniversaire de Damaseh. Une attention inhabituelle qui touche le géant.

Dans la nuit, une deuxième visite auprès des hommes du Prince des barricades permet d’apprendre que son repère sous la ville est régulièrement attaqué par des hommes apparemment déments, portant des marques ressemblant à des mouches. Il nous est demandé de régler ce problème pour prouver notre utilité et notre bonne foi.

Straan, Myrsath 13
Après une journée d’enquête, et d’achat de parures adaptées, nous nous rendons auprès de Nastélian. Après une interminable ascension, nous parvenons jusqu’aux Jardins du Gouverneur. Nous y rencontrons du beau monde et beaucoup d’étrangers, dont notamment un équipage venu du Shazaar parmi lequel se trouve un cousin d’Ancelin, ou des émissaires du Peuple Ocre qui ne reconnaissent pas en Damaseh le troisième sauveur de leur peuple. Nous apercevons aussi dans les jardins le Prince-marchand Andémion Gallan. En fin de soirée, nous rencontrons Nastelian le terne, le maître des lieux.

L’histoire que nous lui racontons reste proche de la vérité : après avoir fait naufrage sur une île, nous avons été kidnappés par des cannibales. Pendant notre évasion, nous avons fait la rencontre du PanTangien Karras, qui retenait Ardadrimis prisonnière. Nous l’avons tué puis avons découvert qu’il possédait un objet permettant de contrôler le démon qui habitait la jeune fille. En négociant avec le démon, nous avons appris qu’il désirait avant tout rentrer chez lui, et en échange de sa libération, il nous a fait voyager à travers un portail jusqu’à la forêt de Troos. De là, nous sommes rentrés à Occélia où nous avons laissé Ardadrimis en sécurité.

Au cours de notre discussion, nous avons ressenti chez Nastelian de la colère contre les temples de la Loi et nous avons compris qu’il avait sans doute des comptes à régler avec eux. Il semble avoir bien accueilli nos nouvelles et nos explications et a accepté de servir de “conseiller politique” à la cause d’Oren selon nos besoins à Bakshaan. Il a surtout demandé à pouvoir envoyer au plus tôt un émissaire à Occélia pour s’assurer de la bonne santé d’Ardadrimis, ce que nous avons accepté. Il a aussi signalé que si Oren devait un jour emprunter de l’argent, il préférerait que cela se fasse via son propre réseau plutôt que par celui de la Lettre de change, une banque d’affaire du Jarkhor.

Syolan, Myrsath 14
Nous sommes secrètement convoqués par le Haut sénateur Partann Ishmeria qui nous fait des menaces à peine dissimulées. D’après lui, un contact de Faratt (un certain Felezyr Pragar) aurait essayé de nous dénoncer au temple de Donblas comme agents du Chaos (mais quelle calomnie !). Il aurait agi sur les ordres d’Arpande le bon, le grand prêtre d’Arkyn. Heureusement, il aurait fait une chute dans les escaliers du temple, et Partann semble suggérer qu’il est en mesure d’empêcher d’autres agents porteurs de messages similaires d’accéder à Hek de Mirn tant que nous ne le menaçons pas. Il affirme avoir découvert par hasard l’existence du réseau des Oubliés quand la Dame de Lorn s’est présentée chez lui comme s’il en était responsable, munie d’une fausse lettre signée de sa main. La description qu’il nous fait du réseau confirme ce que nous en savons, à ceci près qu’il ne mentionne à aucun moment Harkem. Le réseau aurait été monté il y a trois ans.

Après son départ, nous apprenons que le bordel de la Dame de Lorn a brûlé dans la nuit (sa patronne figure parmi les victimes) et que Croc a été mystérieusement dévoré par ses propres bêtes dans le même temps. Narayan se rend au bordel où il récolte diverses informations : l’établissement a brûlé depuis le grenier, qui a été intégralement ravagé. Le premier étage, où se trouvait le bureau de la Dame de Lorn, a été intégralement fouillé, y compris les compartiments secrets, ce qui explique pourquoi le livre de comptes secret de la patronne a disparu. En fouillant les décombres, Narayan trouve une pièce d’altqui et trois épées similaires à celles des hommes de Harkem. Il repère aussi un escalier qui partait du grenier et descendait directement au sous-sol, sans s’arrêter à aucun étage. Il apprend enfin l’existence d’un témoin, une fille qui cachée a pu voir trois hommes au visage voilé tuer de nombreuses servantes et mettre le feu. Leur description correspond à celle de l’assassin contre lequel Damaseh s’était battu à Occélia. Narayan réussit à retrouver une autre fille de l’établissement qu’il demande dans la foulée à la Chatte à plumes de garder au chaud.
De son côté, Oreste enquête aux arènes de Croc, dont la mort est tout aussi suspicieuse (il est entré seul dans la cage des bêtes pour les nourrir et a été dévoré, alors qu’il les pratiquait depuis des années).

Narayan tente ensuite d’obtenir des informations sur Harkem en retournant à la Maison cossue, en se rendant dans l’autre taverne où des Argimiliais jouent à l’altqui, en interrogeant Aggma et le survivant de la ferme, mais rien n’y fait. Il apprend simplement que l’homme se rendait régulièrement auprès de sa maîtresse, une certaine Ritsa (un nom assez courant originaire des Cités pourpres), et découvre l’existence d’un autre intermédiaire dans le réseau, un mystérieux mendiant dont personne ne sait rien mais qui faisait flipper tout le monde.
Temenos a plus de chance dans ses recherches sur les fameuses armes anonymes maniées par les gens du réseau. En se rendant dans le quartier des forgerons dans le Caravansérail, il arrive à la conclusion qu’elles doivent venir des ateliers du vieux Richter. Ceux-ci semblent connaître une forte activité qui s’effondre immédiatement dès que quelqu’un d’extérieur approche.

En parallèle, nous apprenons que tous les capitaines de la Milice subissent en ce moment une forte pression pour obtenir plus de résultats et une sécurité renforcée. Droka en particulier est la cible d’une enquête pour contrebande et corruption. Elle soupçonne Drusk, le capitaine de la milice du centre-ville, d’être à l’origine de sa dénonciation. Le magistrat en charge de l’affaire est un un certain Elten, qui a la réputation d’être réglo. Droka pense que le sénateur Harl pourrait lui venir en aide par solidarité en Tarkeshi. A notre demande, le Requin accepte de la mettre en contact avec le sénateur.

Lors d’une dernière entrevue avec Dolorès Auriana avant le départ de celle-ci, Narayan en apprend plus sur Arpande et le temple d’Arkyn. Dolorès doute que le grand prêtre soit réellement à l’origine de nos problèmes. Elle lui parle d’un certain Frère Irsec, qui suite à une vision d’Arkyn lui montrant comment construire une machine qui permettrait de voir au-delà des mailles du présent, aurait vu grâce à cette machine (encore incomplète) une guerre sainte à Bakshaan. Une tentative de Dolorès d’en parler avec Arpande, infructueuse car il était occupé ou absent, lui aurait valu dès le lendemain de ne plus être la bienvenue au temple. Elle confirme enfin que Pragar était un noble pieux, proche de Faratt mais aussi d’Yvon.

Pendant la nuit, Damaseh découvre Neia en pleurs et finit par apprendre d’elle qu’elle a été violée par l’un des Oubliés. Il est décidé d’exécuter le coupable après avoir eu une explication avec les autres.

Lonyan, Myrsath 15
Nous partons à l’exploration dans les souterrains à la recherche des assassins d’Alghast.
Après avoir traversé les égouts en évitant des patrouilles de la milice, nous descendons un large puits. Oreste et Ancelin on été légèrement blessés lors la descente. Nous nous perdons un peu et perdons du temps, mais trouvons un deuxième puits plus étroit et descendons plus profondément. Après avoir longtemps erré dans le dédale de ce troisième niveau, nous trouvons un escalier descendant encore plus profond dans les ténèbres.

Après une longue descente nous arrivons dans une vaste salle voûtée très sombre, soutenue par des pylônes gravés de marques Melnibonéennes, des mouches volent dans l’obscurité, une silhouette semble gravée sur un mur au fond de la salle.

La silhouette est en fait une immense statue de forme humanoïde, semblant faire partie intégrante du mur et dont la chevelure s’élève jusqu’en haut de la voûte.

La créature sourit.
“Bienvenue sur mes terres. Êtes-vous venus me nourrir ?
Vous êtes sur mes terres, et celles de ma mère. Vos maîtres m’ont enfermé, une légions entière. Ils ont détruit mon peuple et souillé le corps de ma mère.
Le peuple de ma mère est né avec la création. De la guerre entre Straasha et Grom est né un marais dans lequel le peuple de ma mère vivait. Elle plaisait à un dieu que vous appelez Nnuuurrr’c’c’. Mon corps a été brisé. Je veux restaurer les terres de mon peuple.”

Le rire de la créature fait vibrer la voûte.

Un groupe de servants arrivent. Ancelin, Damaseh et Temenos s’approchent d’eux. Oreste et Narayan tentent de les contourner.

“Vous Êtes sur les terres de notre seigneur. Nous voulons le libérer, il est finalement le maître légitime des lieux. Nous l’appelons « ”/characters/l-tre-bris" class=“wiki-content-link”>l’être brisé ». Nous lui avons déjà donné des centaines d’âmes. Certaines tombent du ciel, d’autres nous allons chercher."

“J’ai FAIM!!!”
Le rugissement de la créature fais trembler toute la salle. Un combat s’engage, il est sanglant mais bref. Ils ne semblent pas avoir l’esprit clair.

Nous sortons avec l’un des servants. Nous ne savons pas s’ils nous ont suivis.
Nous retrouvons la surface en début d’après midi.
Un tremblement de terre a secoué la ville.

Comments

Je vous laisse compléter avec vos éléments ainsi que la fin de la séance.

Le Roi des Gueux - Acte III
Shmngg LeGoSS

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.