Daphnys Aspasi

La Lettre de Sang de Jadmar et le Symbion d'Ellyon

Description:

Jeune femme énergique dont le port et l’attitude trahissent une naissance de basse extraction.

Le bras droit de Daphnys est remplacé par un Automaton, Ellyon, fait de marbre, d’or et d’ébène.

Bio:

Daphnys est née au Vilmir dans la caste des Akenoi, l’une des plus basses de ce système social. Parquée avec les siens dans les faubourgs de Jadmar, l’enfant est élevé par son oncle et sa tante après la disparition de ses parents dans un incendie d’entrepôt qui a choqué la population de la ville quelques mois durant avant que les vies Akenoin perdues soit oubliées.

A douze ans, Daphnys est enrôlée dans l’une des premières imprimeries royales où elle assure l’entretien des lieux. La vie y est rude, et la tension qui entoure la mise en fonctionnement des presses lui vaut d’être battue a plusieurs reprises. Elle garde de cette époque un nez cassé. Daphnys est une jeune femme curieuse, et la vue des presses lui inspire des dessins d’abord absurdes de machines aux fonctions inconnues, puis des systèmes mécaniques simples qu’elle construit en cachette à l’imprimerie.

Repérée dans sa cachette par un membre du Culte des Faiseurs venu pour inspecter les presses, et à sa grande surprise, elle est promue machiniste-apprentie malgré toutes les réticences de son employeur. Cette fonction, plus tard interdite à la caste des Akenoi, est l’une des plus prestigieuses de l’établissement, et Daphnys est reconnue par les siens comme un prodige et une source d’inspiration. Lorsqu’elle ne travaille pas, Daphnys construit et apprend les rudiments de la mécanique, elle-même n’est guère très instruite en la matière, aux Akenoi de son lotissement.

Les années passent. A vingt-ans, Daphnys est machiniste-compagnon, elle contribue en secret au maintien des machines lorsque son superviseur est absent et participe au soulagement des fardeaux de sa caste.

Un soir d’un été particulièrement chaud, tandis qu’elle entretien la Grande Presse, la mécanique de celle-ci s’emballe et la presse s’écrase sur le bras de Daphnys. Prise au piège, elle appelle à l’aide en vain des heures durant, jusqu’à ce que le jour se lève et que les premiers travailleurs arrivent.

Ils la trouvent là, pendue par un morceau de bras sanglant, à demi consciente. Ne sachant comment agir sans risquer d’endommager la machine, le machiniste en chef fait appel au Culte des Faiseurs qui envoie celui qui avait extrait Daphnys de sa condition par le passé. Inspiré par la jeune femme encore en vie, et l’enchevêtrement qu’il suppose de sa chair et des rouages, l’homme ordonne que l’Akenoi soit gardée en vie aussi longtemps qu’il le faudra. Une fois la conception nouvelle de l’Automaton qu’il imagine, la Grande Presse sera réouverte et Daphnys, si elle est encore en vie, se remettra à la justice de Donblas pour connaître alors son sort.

Pendant un mois, Daphnys demeure prisonnière de la Grande Presse, gardée entre la vie et la mort par un Culte des Faiseurs trop heureux d’une telle opportunité de progrès. Au dixième jour de son calvaire, Daphnys n’a plus peur, elle ne parle plus. Les quelques fois où elle le fait, c’est pour décrire la bienveillance et la chaleur de la main qu’elle sent contre la sienne, sous la presse. Les drogues, disent les Faiseurs.

Puis, la conception est terminée, Ellyon est prêt : il est absolument unique, c’est une gemme et le couronnement de la carrière du vieux prêtre-faiseur. La presse est ouverte sans ménagement, et tous s’attendent à voir Daphnys mourir.

Pas de bras, pas de chair, rien. Sous la presse, il n’y a qu’une page blanche, sur laquelle est pressée, en encre de sang, une main en soutenant une autre. Sous cette gravure : “Ce que l’un donne fragile, l’autre rend fort.” Tous dans la vaste pièce s’inclinent et remercient Arkyn pour sa bénédiction.

Ellyon est apposé sur le bras de la jeune femme, et les deux vivent désormais en symbiose. Ellyon est, contrairement aux autres Greffes, plus créateur que guerroyeur, ce qui ne l’empêche pas de déployer une force colossale lorsque la vie de son hôte est menacé.

Daphnys est toujours discrète et introvertie : elle créé seule ou avec l’aide d’Ellyon, et les deux apprennent encore à se connaître. Amis unis, partageant sa vitalité, Daphnys lui doit autant la vie que l’Automaton la lui doit.

Lorsque l’un devient fragile, l’autre devient fort.

Daphnys Aspasi

Mournblade Shmngg Shmngg