Chaos

SDC_Titre.png

1024px-Chaosphere.svg.png

Les Seigneurs du Chaos sont très nombreux, presque infini en vérité, et chacun revet un aspect de l’aléatoire et de l’arbitraire qu’est le Chaos. Autrefois, les dieux du Chaos pouvaient se manifester à volonté sur la Terre, dit-on, et il semblerait qu’avec le déclin de l’Empire Ecarlate cette capacité se soit tue. On attribut la création du Détroit du Chaos au combat qui opposa Torvik l’Inébranlable à Mabelode le Sans Visage. Suit un guide qui ne montre que très peu des dieux du Chaos, bien plus sont mentionnés dans les ouvrages d’Elric, mais l’éditeur à semble t’il, décidé de mettre les plus évident en avant…

Les Seigneurs du Chaos
Arioch
Xiombarg
Mabelode
Artigkern
Chardros
Eequor
Hionhur
Maluk
Pyaray
Slortar
Balaan
Frathorn
Balo

Arioch, Duc des Enfers, Chevalier des Épées, Seigneur des Sept Ténèbres.

Arioch, plus que tout dieu du Chaos, représente la puissance de l’individu sur la communauté. Seigneur égoïste et combattant, Arioch s’est fait une place dans le panthéon divin par la jalousie pour son frère et sa sœur. Rusé et astucieux, il s’est graduellement forgé un domaine plus important encore que ceux de sa fratrie. Arioch est le dieu le plus puissant des Jeunes Royaumes et le dieu-patron de Melniboné.

Le Forgeron au Marteau d’Obsidienne

Parmi les contes les plus anciens de l’île aux dragons, celui des Épées Noires forgées par Arioch demeure l’un des plus partagé parmi les théoriciens religieux des Jeunes Royaumes. Arioch aurait, aux premières heures de l’Empire Melnibonéen, forgé deux épées noires pour aider ses serviteurs à la conquête des Jeunes Royaumes. La première servit au premier empereur à acquérir ce titre et la deuxième à son fils et héritier à l’acquérir sur sa dépouille.

Dans cet aspect, Arioch représente la duplicité autant que l’ingéniosité. Peu révéré par les hommes, on voit parfois sa figure de forgeron orner les forges de ceux qui préfèrent son inspirante créativité à la rigidité méthodique d’Arkyn.

L’Éphèbe aux Yeux de Vieillard

Cet aspect est uniquement révéré à Melniboné. Jeune homme capricieux et cruel, grandiose et terrible, Arioch y révèle toute l’ampleur de l’égoïsme qu’est le sien. Cet aspect de divinité est relativement unique dans les panthéons de la Loi et du Chaos en ce qu’il n’est révéré qu’en tant que représentation du dieu lui-même, comme s’il était sa propre abstraction.

Certains théoriciens du divin utilisent cet aspect comme point de départ sur le rapport des mortels au divin.

arioch.jpeg

Arioch aux Insupportables Maléfices

Certains mythes attribuent à Arioch la création des Runes et, avec elles, de la magie. La magie agissant comme manifestation ultime de la volonté de l’individu sur le monde, il n’est pas étonnant d’imaginer que c’est au dieu le plus individualiste qu’on attribue ces arts. Dans cet aspect, Arioch est représenté sous la forme d’une silhouette noire fine et allongée, dépourvue de toute bouche ou relief dont le visage est orné de grands et dévorants yeux jaunes. Arioch aux Insupportables Maléfices est révéré par certains magiciens des Jeunes Royaumes.

Arioch2.jpg

Xiombarg, Reine des Épées, Promesse de la Vie Éternelle.

Comme tous les membres de la Trinité des Épées, Xiombarg incarne le Chaos guerroyant contre l’hégémonie et l’uniformité de la Loi. Mais son domaine ne s’arrête pas à celui de la guerre contre un idéal abstrait, et Xiombarg incarne également la féminité, la fertilité et la multitude insoumise.

La Source Fertile

Cet aspect, dont les cultes sont les plus tolérés dans les Jeunes Royaumes, est conjuré afin de favoriser la fertilité humaine ou animale, ou bien pour protéger les femmes enceintes qui sont, le temps de leur grossesse, au plus proche de la déesse. Sous cet aspect, Xiombarg est représentée comme une sage et vieille femme à l’expression bienveillante et rassurante. Xiombarg y représente le combat des premiers jours de l’existence.

11895131_10207640678722886_6565277729883189496_o.jpg

Xiombarg aux Regards Complices

Le domaine de la déesse s’étend, sous cet aspect, à celui de la séduction et de l’amour, et particulièrement à celui des amours interdits. La déesse complice protège les couples qui ne devraient être du regard de leurs détracteurs. On prie à Xiombarg pour attirer l’attention d’un être cher, pour favoriser une union ou pour voir naître, ou renaître, la passion des corps. Dans cet aspect, on représente la déesse comme une femme à la beauté immortelle, aux paroles douces mais luxurieuses.

La Mère de Toutes les Guerres

Déesse révérée par les soldats dont elle favorise la force, la brutalité et la persévérance, la Mère de Toutes les Guerres récompense ceux qui l’honorent en guidant personnellement leurs âmes lors du Dernier Voyage. Dans son aspect le plus belliqueux, Xiombarg apparaît, vêtue de son armure de ténèbres et d’une lance ondulante, comme une figure gigantesque dont toute la puissance divine se dégage.

L’Insoumise Multitude

Moins subtile que son frère aîné Mabelode, Xiombarg incarne dans cet aspect la foule révoltée, la masse populaire insoumise défiant l’ordre et, à travers lui, la Loi des Seigneurs Blancs. On conjure l’Insoumise Multitude pour faire face à un adversaire installé et si puissant qu’il ne peut être défait que par l’union de la foule à son encontre.

Mabelode, Roi des Epées, le Sans Visage, Seigneur des Ombres.

Mabelode est le frère ainé de Xiombarg et d’Arioch, il est décrit comme gracieux et élégant, ayant une peau de porcelaine mais pas de visage, ou un visage voilé par les ombres environnantes.

Mabelode partage les ambitions de ses frères, il incarne la lutte contre la Loi, et est donc naturellement favori par les combattants des Jeunes Royaumes. Il est aussi le seigneur des rêves, des cauchemars et des ombres, il est le vent de la nuit, le souffle des ruelles sombres. Mabelode est le dieu des rois et des souverains.

Mabelode est un roi qui se veut doux et clément, et attiré par l’esthétisme en toute chose. Cet esthétisme est térrifiant pour bien des hommes, anti-symétrique, aléatoire, bizarre et grotesque parfois. Néanmoins, il se manifeste toujours sous une forme qui ne choque pas ses disciples les plus tendres et qu’il apprécie tant.

Ry6mwwNiNe4bHqZh1Za5qf5CIpjbkMhsJjg8Zo-3P9Y.jpg

Artigkern, le Buveur des Océans, le Draineur de Mondes

Artigkern est dit d’exister uniquement pour avaler toute l’eau des océans, qu’il recrache ensuite vers le soleil, peut être pour l’éteindre. Artigkern représente pour les hommes les créations alcooliques, l’ivresse et ce qu’elle engendre de plus beau et de plus tourmenté.

Artigkern est le dieu des ivrognes et des artistes illuminés par l’alcool.

Chardros, le Sinistre, le Faucheur, Seigneur des Sépultures

La Mort, la Faucheuse, le Vautour, nombreux sont les noms pour décrire celui qui vient réclamer les âmes de ceux dont la vie touche à leur fin. Chardros est l’incarnation de la mort et de la beauté, il est le seigneur des enfers qui attendent chaque mortel, et il les garde jalousement.

Chardros est une divinité qui porte la contradiction dans le coeur des mortels, il apprend à ses disciples à vivre en relation avec la vie et la mort comme deux amants qui se doivent d’être liés en tout temps. Chardros est sinistre et désabusé, mais il sait se montrer clément envers ceux qui le suivent et le servent.

Le Faucheur

Chardros3.jpg

Le Gardien des Portes d’Ébène

Cet aspect de Chardros n’est pas toujours classé parmi les dieux du chaos dans les divers panthéons des Jeunes Royaumes. Dans celui-ci, Chardros incarne la frontière entre le royaume des morts et celui des vivants, il est le protecteur des âmes ayant accompli leur dernier voyage et de la sainteté de leur repos éternel. Il est parfois également associé au temps lui-même, incarnant alors l’impossibilité de remonter son flux. On prie le Gardien des Portes d’Ébène pour favoriser le passage d’un proche et pour communiquer avec les défunts dans l’au-delà. Il est fréquent de trouver de petits autels dédiés à cet aspect dans les cimetières et autres lieux de sépulture des Jeunes Royaumes, y compris dans des cultures traditionnellement éloignées des seigneurs d’en-haut.

Chardros2.jpg

Eequor, Dame Bleue de la Dissuasion, Déesse de la Triste Solitude.

Eequor est décrite et dépeinte dans de nombreuses oeuvres à travers les Jeune Royaumes. On la dit gracieuse et éternellement mélancolique, elle elle est toujours imaginée comme eplorée. Eequor incarne la perte de courage, le désespoir et l’appitoiement sur sa propre condition. Eequor trouve son essence dans les reflections moroses de ses desespérés acolytes.

Les serviteurs d’Eequor sont presque exclusivement des femmes, qui reconaissent dans la Déesse une partie de leur propre solitude face au genre masculin qu’elles ne trouvent pas à leur convenance.

D_mon.png

Hionhur, l’Exécuteur, Seigneur de la Potence

Autre seigneur de la Mort, Hionhur incarne la brutalité et un aspect sanguinaire à la mort. Ses serviteurs sont souvent sanguinaires et puissants, aimant la mort pour la sensation qu’elle procure. Où trouve t-on le Chaos dans un dieu qui pourrait aussi être de la Loi ? Et bien Hionhur incarne la frénésie et le meurtre aléatoire, le meurtre pour le plaisir.

Maluk, Observateur Borgne et Silencieux, Seigneur de la Trahison

Particulièrement vénéré à Pan Tang, Maluk est décrit comme un homme au visage borgne et aux lèvres scélées par des attaches afin qu’aucun secret n’échappe ses lèvres mutilées.

Maluk est le seigneur de la gratification personelle et de la trahison pour son popre interêt. Maluk est un dieu égoïste qui pense avant tout à son propre bénéfice dans chacune de ses actions. Les préceptes de Maluk commandent de ne jamais controler directement les choses, mais de controler ceux qui controlent.

Le Culte de Maluk est répandu surtout à Pan Tang, mais on le trouve aussi dans les Jeunes Royaumes mais très peu sur Melniboné.

Pyaray, Tentaculaire Chuchoteur des Secrets Impossibles, Seigneur de la Flotte du Chaos.

Pyaray est une divinité vénérée par les pirates et les pilleurs des côtes. Il est dit résider au plus profond des océans, sous le royaume de Straasha et récupérer l’âme des marins noyés pour sa propre flotte.

Pyaray connait plus d’un secret, mais ceux-ci sont souvent insupportables à connaitre. Mais tel est le fardeau que souhaitent recevoir les disciples de la divinité tentaculaire.

Pyaray.jpg

Slortar l’Ancien

Ceux qui adorent Slortar vous le diront : Slortar est un grand dieu. Il est à la fois le plus ancien, mais également le plus sage et le plus beau des dieux du Chaos. Tout, chez Slortar, résonne de noblesse, d’érudition et de richesse.

On dit de cette divinité qu’elle est orgueilleuse et jalouse de ce qui est nouveau, de ce qui pourrait être mieux. Slortar trouve écho dans les pensées des seigneurs mortels âgés, ainsi qu’auprès d’érudits avides de savoirs anciens ou de ceux qui cherchent la richesse matérielle.

Le Culte de Slortar n’est pas très répandu dans les Jeunes Royaumes.

Balaan au Visage Sinistre, Seigneur de l’Agonie Extatique et des Plaisirs Insoutenables.

Balaan est le dieux des sadiques, des masochistes et des tortionaires. Il apprend à apprécier la douleur comme plaisir, la peine comme joie. Ses disciples sont des êtres étranges, qui recherchent le plaisir sous toutes ses formes et dont l’appétit charnel est insatiable.

Le culte de Balaan est principalement représenté sur Melniboné, mais il n’est pas rare de trouver des cultistes se regroupant dans les sombres caves d’un palais pour s’adonner à leurs plaisirs les plus extrêmes.

Balaan.jpg

Frathorn, Seigneur de l’Enfance Indomptée, Maitre de l’Imagination Insoumise.

Frathorn apparait auprès des enfants les plus créatifs ou les moins sages. Il est à la recherche de l’imagination dans son potentiel brute et les merveilles que celle-ci peut construire. Frathorn n’a pas vraiment d’apparence, il est généralement issu des pensées des enfants qu’il vient quérir afin que ceux-ci l’honorent de leurs rêves et aspirations.

Frathorn est un compagnon de jeu qui rit aux blagues de ses disciples, qui les encourage à perséverer dans leurs souhaits les plus profonds. Frathorn est l’incarnation de la soumission à ses rêves et ses pulsions, et c’est ce qui le rend dangereux.

Le culte de Frathorn n’est pas officiel, mais il existe. Il n’a pas de structure et est composé principalement d’enfants ou d’adultes bercés dans leurs songes et ambitions. Le culte ne se réunit que rarement, mais ses acolytes se connaissent et se parlent un peu partout, dans les écoles, les rues…

Balo, Bouffon des Cours du Chaos

Balo est une énigme, même pour les autres Seigneurs de l’Entropie. Farceur et moqueur, il est celui qui se rit éternellement du danger, de la mort, de la morale et du Destin. En un sens, Balo est le plus chaotique des Dieux du Chaos. Si chaotique, même, qu’il lui arrive fréquemment de servir les plans de la Loi, par satire ou à dessein, difficile de le savoir. Qui saurait dire ce qu’il se passe derrière ce regard fou, derrière ce sourire las ?

On dit, en plaisantant, que Balo traite avec sérieux ce que les autres dieux du Chaos considèrent comme insignifiant et avec insouciance ce qu’ils considèrent comme sérieux. Si on le dit en plaisantant, c’est que ce doit être faux… n’est-ce pas ?

Chaos

Mournblade Shmngg Nad