Filkhar

Filkhar

thomas-wievegg-bodyguard.jpg

Histoire et présentation générale

Bien plus petit que son voisin Lormyr à l’ouest et Argimiliar à l’est, Filkhar est une nation qui doit composer avec des forces plus puissantes et qui pourraient menacer son existence même. Si cette jeune nation, âgée d’un peu moins de 200 ans a survécu, c’est grâce à ses prouesses diplomatiques et à de fins monarques sachant lier des amitiés au gré des vents de l’Histoire. D’abord de grands alliés du Lormyr, auprès duquel le royaume se mit quasiment sous tutelle, lorsque le conflit faisait rage contre Argimiliar, le royaume du Filkhar se positionna ensuite comme réconciliateur entre les enfants du rêve d’Aubec. Se faisant, il acquis des territoires au sud, démarquant définitivement les territoires du Lormyr et du Argimiliar en gérant, de fait, une partie des territoires contestés qu’il obtint en échange d’autres territoires jugés plus utiles par ses voisins.

Clé de voûte de la paix dans les Terres du Sud, le Filkhar jouit de bonnes intentions de la part de ses voisins et de l’intérêt des Cités Pourpres qui y voient un intermédiaire précieux dans l’accès aux marchés Lormériens et Argimiliais. Ainsi, malgré sa relativement petite population, le port de Raschil est l’un des plus actifs des Terres du Sud pour ce qui est du transit de marchandises étrangères. Les terres du Filkhar sont extrêmement fertiles et le climat y permet une agriculture à haut rendement, ce qui contribue à renforcer l’économie très prospère du royaume. Ce tableau est complété par celui d’une nation prolifique dans les arts et les techniques dont le rayonnement à ces sujets s’étend jusqu’au Tarkesh et au très lointain Shazaar.

Géographie et territoires

De la Baie de Raschil au nord aux montagnes qui bordent le pays au sud, le Filkhar croît lentement en altitude, à l’exception de quelques monts et collines isolés. Majoritairement couvert de plaines verdoyantes servant de pâturages pour de grands troupeaux et de forêts de chênes centenaires, le paysage du Filkhar est particulièrement paisible. La générosité de la terre dans cette région du monde fait que les Filkharois ne manquent de rien et peuvent se vanter, même pour les plus démunis, d’avoir une alimentation variée. Cet accès généralisé aux denrées en tout genre favorise même l’émergence d’une gastronomie locale à la fois élaborée et bon marché, qui connaît un succès important sur les Terres du Sud dans leur ensemble.

En dehors de Raschil qui est une anomalie par sa taille dans le pays, le Filkhar est parsemé d’une myriade de hameaux, villages, bourgs et petites villes. Les plus importantes cités sont situées aux frontières est et ouest, en regard du Lormyr et d’Argimiliar. Les communautés filkharoises ont ceci de particulier qu’elles comportent souvent un théâtre ou un lieu d’expression dédié, ces communautés formant des circuits parcourus par les nombreuses troupes d’artistes du royaume.

La Baie de Raschil

Le seul accès du royaume à la mer se fait par la gigantesque Baie de Raschil, dont le Filkhar ne possède qu’une petite partie du littoral. La baie est refermée par deux bras de terre appartenant pour l’un au Lormyr et pour l’autre à Argimiliar, ce qui en fait certes une zone protégée des pirates, mais également une zone d’instabilité géopolitique en raison des conflits éphémères qui jalonnent la relation entre les voisins du Filkhar. Fort du succès de son pays et craintif pour l’avenir, le roi Jerned déploie des efforts considérables pour maintenir la paix dans la région mais également pour composer une force susceptible d’y maintenir l’accès à la mer pour son royaume en cas de conflit. L’entreprise est des plus complexes, car l’ouverture de la baie n’est loin ni de Cadsandria, la cité-joyau Argimiliaise, ni de Trepasaz où s’amasse une importante flotte Lormérienne.

Raschil, capitale du royaume, est une cité paisible et boisée, où peu de bâtiments dépassent trois étages. Bordée par d’importantes murailles en pierre de taille, comme le voulait la tradition de l’empire Lormérien, la cité à toutefois connu peu de conflits. Les jetées du port Raschil sont nombreuses et y accueillent une des plus importantes flottes de pêcheurs des Jeunes Royaumes. La cité s’organise autour de petites places où l’on trouve des marchés à ciel-ouvert ou des puits, ces places étant reliées par des rues pavées de roche ocre. La croissance de la cité à inclut dans son périmètre les amphithéâtres antiques Melnibonéens et leur vue imprenable sur la baie au couchant.

Cultes et organisations

L’Académie Royale des Conteurs de Raschil

Unique en son genre, l’académie royale des conteurs de Raschil permet au monarque d’exercer un contrôle sur la manière dont l’information est diffusée dans le royaume. Les conteurs sont au Filkhar rémunérés par le royaume et leur rôle, très officiel, fait l’objet d’un grand respect de la population. En échange de cette rémunération, il est attendu des conteurs qu’ils ne présentent ni la personne du Roi, ni le royaume sous une lumière négative. Ceux qui contreviennent à cette règle risquent une révocation de leur statut, voire un emprisonnement pour les infractions les plus graves. L’académie forme de brillants orateurs dont les talents se monnaient également à l’étranger, soit à travers des errances sur les routes, soit auprès de marchands cherchant un porte-parole. Certains conteurs de légende ont fini leur carrière en tant que diplomates du royaume ou, pour d’autres, en tant qu’agents de l’ombre servant la main royale du Filkhar.

Filkhar

Mournblade Shmngg Shmngg