Le Désert des Soupirs

Le Désert des Soupirs

D_sert_des_Soupirs.jpg

Histoire : Les sables du temps

Deux millénaires auparavant, les terres à présent connues sous le nom du Désert des Soupirs appartenaient au grand et présomptueux empire de Quarzhasaat. Ce royaume, dont le peuple Quarzhasi aujourd’hui réparti dans les Terres du Nord ne cesse de faire les louanges, fut la première nation humaine à se risquer à l’indépendance. Les Quarzhasi prirent un tel risque car les maîtres de Melniboné étaient épuisés par une guerre, déjà vieille d’un millénaire, contre les Dharzi.

Si les premiers combats contre un Glorieux Empire, épuisé par la guerre contre les Dharzi, furent un relatif succès, le peuple Quarzhasi se rendit vite compte qu’il ne pourrait jamais l’emporter seul contre le feu des dragons et le pouvoir des dieux qui marchaient dans le sillage du peuple de l’Île aux Dragons. Pour combattre le feu, encore fallait il maîtriser le feu.

Les humains de Quarzhasaat furent les premiers à défier l’enseignement de Melniboné en prouvant au reste du monde que les humains, aussi, étaient capables de prononcer les Runes. Mais cela n’était pas assez pour venir à bout d’un adversaire mille fois plus puissant. C’est alors que, combinant l’ingéniosité naturelle de l’espèce humaine et le savoir antique et interdit des Runes, les sorciers Quarzhasi, unanimement, prononcèrent le Dernier Sortilège de Quarzhasaat.

Censé porter un coup fatal à l’Empire des Dragons, le sortilège échoua de manière catastrophique, recouvrant les terres autrefois prolifiques de Quarzhasaat sous les sables, laissant indemnes les soldats Melnibonéens hilares. Le peuple Quarzhasi fut massacré et ce qui deviendrait le Désert des Soupirs fut abandonné par des Melnibonéens trop occupés à combattre les Dharzi ailleurs.

Peu, depuis, se sont intéressés aux sables de cette région du monde.

Le Désert des Soupirs tient son nom des complaintes que l’on peut entendre dans le vent qui parcourt les dunes, interprété comme les supplications des corps noyés dans le sable. Parfois, le vent découvre des ruines ou des restes de corps dont l’attirail se vend à prix d’or sur les marchés des Jeunes Royaumes. Nombreux sont les aventuriers à s’engager dans le désert à la recherche de telles richesses, et à ne jamais revenir. Les sables du désert ne pardonnent pas les imprudents. De même, quatorze armées partirent à la recherche de la capitale de Quarzhasaat et des butins merveilleux dont on murmure la légende, mais aucune n’est jamais revenue.

DDS.jpg

Géographie

Le Désert des Soupirs s’étend du nord de l’Ilmiora jusqu’au toit du monde où nul ne se rend. Si la partie sud est parcourue d’oasis plus ou moins nombreux, plus l’on s’avance vers le nord, et plus l’eau est rare, rendant de fait toute expédition presque suicidaire. Le sud-est du Désert des Soupirs est bordé par une chaine de montagnes qui le sépare des Steppes des Larmes et de Séred Omä, sise entre les deux déserts.

Selon les périodes de l’année, les nuits peuvent être fraiches ou ardentes, et les journées chaudes ou insupportables.

Les Nations Nomades

Croyances et coutûmes

Les Nations Nomades sont les habitants de ce désert inhospitalier, qu’ils protègent avec leurs cimeterres et leur connaissance du terrain. Les Nations Nomades présentent la particularité d’être un des rares peuples des Jeunes Royaumes à refuser l’emprise des dieux, ne s’alignant ni sur la Loi, ni sur le Chaos. Les nomades sont un peuple érudit et méditatif qui cherche l’illumination et la sagesse. Les Nations Nomades sont majoritairement pacifistes.

Les Nations Nomades errent dans l’étendue désertique, d’oasis en oasis, selon un rythme et un parcours qui leur est propre, et qui est généralement ancestral.

Certaines nations ont comme rite de passage à l’age adulte l’obligation de se rendre un temps en Ilmiora afin d’y découvrir un mode de vie “civilisé” en pleine expansion dans les Jeunes Royaumes. Ce rite de passage n’implique pas que les jeunes nomades doivent absolument revenir : il n’est pas question de forcer quiconque à adopter le style de vie des nations nomades contre leur gré. A peu d’individus près, tous les nomades reviennent dans le Désert des Soupirs, par habitude, par affection ou par dégoût pour le style de vie Ilmiorais.

La plupart de ces nomades s’arrêtent au nord de l’Ilmiora, entre Ilmar et Karlaak, choisissant les grandes cité-état, de plus petites ou carrément des villages isolés. Certains descendent plus au sud, jusqu’à Bakshaan ou Gorjhan, mais rare sont ceux à s’aventurer jusqu’au Vilmir.

Au cours de ce rite de passage, les nomades tentent de se faire une place dans la société Ilmiorais, et pour ça occupent différentes fonctions au gré des opportunités et des compétences de chaque jeune homme et jeune femme.

Physiquement, les nomades diffèrent des Quarzhasi et des autres habitants des Jeunes Royaumes en ce que leurs iris sont violettes.

Bien qu’ils parcourent le désert d’oasis en oasis, ils se regroupent une fois par an à l’Oasis de la Fleur d’Argent, nommée après les fleurs des cactus qui y poussent, et célèbrent leur unité. C’est l’occasion de retrouver de vieux amis, d’enterrer les rancœurs et de célébrer la jeunesse de toutes les Nations.

Finalement, c’est dans cette région que son actifs les Voleurs de Rêves, de mystérieux personnages capables, dit-on, de braquer le coffre fort le mieux protégé d’un individu : son esprit.

Réputation dans les Jeunes Royaumes

Les nomades sont généralement bien accueillis dans les villes d’ethnie Quarzhasi, étant de lointains cousins restés sur les terres de l’ancien empire de Quarzhasaat après le désastre. Les nomades sont accueillis comme des étrangers de plus dans les autres villes des Terres du Nord, et sont perçus comme des curiosités dangeureuses et/ou fascinantes dans les Terres de l’Ouest ou du Sud, où ils sont extrêmement rares.

Les nomades, s’ils s’expriment lentement, ont l’esprit clair : ils vivent de peu et à l’écoute de leur environnement et, de fait, son peu enclins aux excès et aux faiblesses de la chair et inversement généralement habiles dans leur lecture des comportements des hommes.

De par leur nature pacifique, et la faible menace que représentent les Nations Nomades pour l’Ilmiora, il est rare que les autorités s’intéressent aux nomades, et ce encore plus rarement sur la suspicion qu’ils puissent vouloir nuir directement aux intérêts ilmiorais.

Alliances militaires historiques des Nations Nomades

Les Nations Nomades ne sont sont alliées militairement qu’à trois occasions au cours de l’histoire moderne du Désert des Sables :

  • La première fois, ce fut pour venir en aide à l’Ilmiora tandis qu’éclataient des révoltes contre les maîtres Melnibonéens au quatre coins du pays (assez littéralement du fait du positionnement des grandes cités-état). Les Nations Nomades marchèrent et participèrent à la libération des terres au nord du pays ainsi qu’à la libération armée de Karlaak.
  • La deuxième fois, ce fut pour repousser les armées Ilmioraines (et Ilmaroises en particulier) qui souhaitaient étendre leur emprise les oasis du Désert des Larmes. Les conditions extrêmes, et la maîtrise du terrain, et un conflit militaire naissant en Ilmar et Bakshaan permirent aux Nations Nomades de triompher. Les nomades ne croient pas beaucoup au concept de frontière, mais ils refusent farouchement qu’on leur en impose sur la terre de leurs ancêtres.
  • La troisième fois, ce fut à la demande de Séred Omä pour venir en aide à Karlaak débordée par les attaques d’un ennemi venu de loin en orient. Les nomades traversèrent la passe d’Omä, qui relie le Désert des Larmes et le Désert des Soupirs, pour former un flanc sur l’armée orientale qui permit à Karlaak de reprendre le dessus.

Ces trois occasions datent, pour la plus jeune, de près d’un siècle.

Personnages:

Le Désert des Soupirs

Mournblade Shmngg LeGoSS