Loi

Les Seigneurs de la Loi

free-vector-black-up-arrow-clip-art_113993_Black_Up_Arrow_clip_art_hight.png

Contrairement aux dieux du Chaos, les Dieux de la Loi sont en nombre finis et leur rôle est clairement défini, dans la Loi il n’y a pas de place pour la récurrence et pour le superflu.

Les cultes de la Loi sont très récents dans les Jeunes Royaumes, et ils datent grossièrement de la libération de l’Homme de l’étreinte de l’Empire Ecarlate. On dit généralement que la naissance des cultes date de l’insurrection du Comte Aubec, Champion de Tovik, dans la Province Melnibonéenne du Lormyr.

Bien qu’en position dominante actuellement au niveau politique et des centres importants de population, la Loi en tant que principe a encore bien du mal à s’imposer face au Chaos qui a bercé le monde depuis si longtemps, notamment dans les lieux plus reculés.

La Loi incarne la sécurité, la stabilité, la normalité, la pré-définition de l’existence, le Destin inévitable face auquel on ne doit pas s’opposer et, de manière générale, l’organisation des relations entre les mortels et les choses. La Loi est également la raison dont découlent la science, la physique, l’astronomie, la chimie et les mathématiques. La Loi incarne un monde dans lequel l’Homme peut comprendre et agir sur ce qui l’entoure.

Parmi les enseignements de la Loi connus de tous :

  • Le Chaos doit être combattu et vaincu à tout prix, car il est source de souffrance, d’incertitude et d’errances néfastes au développement de la civilisation. Aucune tolérance ne doit être tenue à son égard.
  • Chaque chose a une place et ne saurait en avoir une autre
  • Les interactions entre les choses doivent être normalisées et connues pour être efficaces

Arkyn le Méticuleux, Celui-qui-Sait, Seigneur de la Raison Consciencieuse.

Arkyn incarne la symmétrie de toute chose et gouverne le royaume de la pensée scientifique. Il se manifeste par d’épais tomes dans lesquels sont écris et dessinés denséments schémas et équations démontrant les vérités du monde. Arkyn incarne la preuve contre la superstition et la supposition. Arkyn est la fin du doute.

Selon un deuxième aspect, Arkyn incarne la guérison, l’apaisement de la douleur. Il est alors connu sous le nom d’Arkyn Aux Apaisements. Cet aspect est révéré à Bakshaan.

Le Culte d’Arkyn est très présent chez les hommes de sciences et les théoriciens.

Donblas le Justicier, le Sage, le Législateur, Premier Seigneur Blanc de la Loi

Donblas incarne les Règles de la Loi. Il est la legislation, la doctrine et la constitution. Donblas est le protecteur de la justice impartiale contre les jugements biaisés du Chaos.

Le Culte de Donblas est de loin le plus puissant et le plus révéré parmi les cultes de la Loi.

Donblas est révéré à Bakshaan, sous ses aspects du Sage et du Législateur.—

mook-eun-161119.jpg

Miggea la Folle, Duchesse de Dolwic, Dame de la Purification et des Flammes du Salut

Miggea incarne la ferveur infinie en la Loi et sa lutte éternelle contre le Chaos. Déesse de la Loi militante, elle est l’opposé naturel de la trinité des épées du Chaos.

On la considère comme l’une des divinités les plus anciennes. Son culte est minoritaire dans les Jeunes Royaumes, sauf à Vilmir, mais ses cultistes palient leur faible nombre par leur activité.

(Voir Solliciteurs de la Pureté)

Miggea aux Flammes Vertueuses

Aspect le plus zélé de Miggea, celui-ci est privilégié par une partie des chevaliers de la Loi et par les armées de Vilmir. D’une extrême violence, la déesse aux flammes vertueuses permet à ses adeptes de connaître un dépassement de soi dans l’unique objectif de faire avancer, par la force, la cause de la Loi et de ses acquis chez l’Homme.

Celle qui Rassemble les Purs

Aspect défenseur contre la corruption du Chaos, on conjure la bénédiction de Celle qui Rassemble les Purs pour se protéger, ou protéger un proche, de l’emprise des pulsions destructrices que l’on attribue au chaos. Guide intransigeant, cet aspect de Miggea prône la destruction pure et simple des agents corrupteurs à proximité de ceux qu’elle protège.

30fd5f4fc09856e1dd75f64cb97aa977.jpg

Shalod, Le Porteur du Verbe

Shalod est le messager d’Arkyn, celui qui porte ses écrits et travaux achevés ou non. C’est aussi le dieu du langage et de l’écriture.

keykeeper.jpg

Aïna-Ur, Le Gardien des Clefs, Seigneur de la Frontière Cosmique

Aïna-Ur est celui qui protège le monde de l’influence du Chaos, celui qui empêche et limite l’intervention des Seigneurs de l’Entropie. Plus généralement, Aïna-Ur est une divinité protectrice qui incarne le passage, les frontières et les limites matérielles.

Tovik l’Inébranlable, le Persévérant, Seigneur de l’Endurance Virtueuse

Tovik incarne l’honneur et la chevalerie. Il est le seigneur de la juste retribution de ceux qui combattent le Chaos avec furie et ferveur. Il y a longtemps, on dit que Tovik combattu Mabelode dans le Détroit du Chaos et qu’il vaincu le Roi des Epées, le bannissant de la Terre pour de nombreux millénaires.

Le culte de Tovik est très répandu dans les royaumes qui se prétendent chevaliers, comme Vilmir, Lormyr, Argimiliar et Shazaar, par exemple.

Erlais le Décent

Divinité des soirées mondaines et de la bienséance, Erlais est le code social et moral qui régit les bains de foules. Erlais introduit la Loi dans les échanges sociaux, qui sont alors codifiés et complexes, excluant le néophyte de conversations haute de rang.

Erlais est vénéré par les hôtes de soirées, il n’a pas de culte à proprement dit, mais ses acolytes se reconnaissent entre eux par un complexe code gestuel et verbal au cours des soirées où ils se côtoient. Le culte d’Erlais est ainsi plus un regroupement social élitiste qu’une véritable organisation, même si il arrive que ces regroupements agissent de pair.

Theril la Dame des Arts

Theril est une figure mineure parmi les Dieux de la Loi et, par les plus radicaux, elle est même considérée comme une divinité teintée par le Chaos dont elle tirerait son imagination. Pourtant, l’art tel qu’il est envisagé par les disciples de la Dame des Arts répond à des codes stricts de composition ou de réalisation.

Theryl.jpg

Ionarat, Seigneur du Métal

Ionarat est le père de la forge, celui qui transforme le métal pour en faire des armes au service des Seigneurs Blancs. Dans certains panthéons, il est un aspect d’Arkyn.

Interprétation mortelle de l’enseignement de la Loi

La loi et la Loi

Sous l’Empire de Melniboné, l’idée même de loi dictée et sue de tous n’existait pas. Chaque seigneur de Province avait un ensemble de règles, aux contours plus ou moins flous, souvent intégralement laissés à l’interprétation de ceux au pouvoir. Le Melnibonéens se concentrant sur leur bon plaisir, et ce plaisir étant vaste dans ses expressions, nul ne saurait lui imposer des limites. Le mot “justice”, en particulier pour les humains, n’avait tout simplement pas cours et les relations entres les Princes-Dragons demeurent même aujourd’hui très énigmatiques.

C’est sous l’étendard de la Loi que les nations humaines libres furent fondées, et grâce aux enseignements de Donblas sous son aspect du Législateur. De fait, dans toutes les nations humaines, la loi est tirée des enseignements de la Loi, ces enseignements étant transmis par des pythies, des oracles et des champions capables de comprendre les Seigneurs Blancs (des Élus, on pourrait dire…).

Par essence, donc, la loi de chaque ville, contrée ou nation se veut être un reflet des lois divines que l’on nomme plus simplement “la Loi”. Ce qui fait que les lois diffèrent entre nations, c’est précisément cette interprétation de la Loi (il faut voir ça comme la Shariah d’une certaine manière).

Ceux qui interprètent la Loi : Les Temples

Il n’existe pas de clergé unifié de la Loi dans les Jeunes Royaumes.

Les Temples de la Loi n’interprètent pas ce qui est déjà su et les messages clairs des Seigneurs Blancs. Aucun mortel n’a le droit de contester un tel message, ce qui serait une hérésie et ce qui doit être puni. Interpréter la Loi est un exercice que les Temples limitent aux cas qui ne peuvent pas être directement tranchés.

En général, le clergé de Donblas pousse pour imposer aux mortels l’ensemble des préceptes de la Loi de manière parfaitement stricte. Les seigneurs locaux étant plus ou moins sujet à l’influence de ce temple, il en résulte des lois et des juges mortels plus ou moins strictes.

Loi.jpg

Les trois grandes Écoles de pensée de la Loi

Les grandes écoles de pensée de la Loi divisent grossièrement les trois continents qui forment les Jeunes Royaumes et celles-ci se contredisent sur des points fondamentaux d’interprétation de la Loi et plus particulièrement des divinités qui y sont assujettis. Ces écoles sont le fruit de l’éloignement géographique entre les différents foyers de population humains.

L’École de la Loi Idéale

Essentiellement répandue au Vilmir, l’École de la Loi Idéale considère que les Seigneurs de la Loi ne sont que la projection d’un concept plus grand et indéchiffrable pour l’esprit humain : la Loi. Ces Seigneurs Blancs seraient des personnifications d’aspects d’une Loi autrement inatteignable sans leur aide. La Loi Idéale ne connait aucun objectif : elle est l’objectif, les Seigneurs Blancs étant des guides pour y parvenir. Dans cette École de pensée, le Chaos est un parasite, un obstacle à la transcendance que propose la Loi à l’humanité. Le Chaos existerait, dès lors, pour dérouter les hommes de leur chemin vertueux : le Chaos est l’ennemi de l’Homme, mais pas l’adversaire de la Loi en tant que tel. Dans cette École de pensée, le Chaos ne pourrait jamais être considéré comme un rival, ou un égal, de la Loi. Dans cette école de pensée, les Temples sont largement liés et fonctionnent de manière similaire.

L’École de la Loi Absolue

Cette École de pensée est vivace dans les Terres du Sud, dans les terres qui appartenaient autrefois à l’Empire Lormerien. Dans celle-ci, les Seigneurs Blancs forment, ensemble, la Loi. Ainsi, tous leurs actes et tous leurs mots sont la Loi, et la Loi est l’objectif que ces Seigneurs Blancs partagent. Dans cette École de pensée, le Chaos est un adversaire, un égal, mais ce Chaos est également formé des objectifs, fluctuants et contradictoires, des Seigneurs du Chaos. Ainsi, il n’y a pas de vérité cachée, pas de secret que les masses ne pourraient par comprendre : la Loi est devant leurs yeux (ou dans leurs prières), il leur suffit d’y croire. Dans cette École de pensée, chaque Temple de Seigneur Blanc reste largement indépendant : l’adoration de chaque Seigneur Blanc étant une manière différente d’atteindre la Loi.

L’École de la Loi Intérieure

Cette École de pensée est celle du continent occidental et est particulièrement vive au Jharkor. Si elle se rapproche de l’interprétation Vilmiroise en ce qu’elle prône l’existence d’une Loi abstraite et détachée des Seigneurs Blancs, elle diffère en ce que cette Loi existe en chaque homme, les Seigneurs Blancs n’étant que des guides vers ce que chacun a déjà en soi mais l’ignore. Dans cette École de pensée, les Seigneurs Blancs disparaîtront lorsqu’il ne restera plus personne à guider vers “le meilleur” de lui même. Chaque Seigneur Blanc est un guide différent, la promesse d’un chemin qui convient à certains, mais pas à d’autres, et les clergés de ceux-ci ne sont pas liés, comme dans l’École de la Loi Absolue. Enfin, la Loi y existe pour s’opposer au Chaos et pour protéger l’humanité de son influence néfaste pour le développement humain. La notion de Seigneurs de la Loi protecteurs et combattants est particulièrement importante dans cette École de pensée.

Loi

Mournblade Shmngg Shmngg