Celui qui Veille sur l'Aînée

Inlassable protecteur du mausolée écarlate et de l'âme qui git en son centre

Description:
Bio:

Créature pâle et chétive, malgré sa grande taille, le melnibonéen n’évoque certainement pas la grandeur antique des mythes qui accompagnent le peuple de l’Île aux Dragons. Ses cheveux sont presques blancs, sa peau quasiment luisante et son regard à moitié aveugle. Toutefois, si le passage des âges n’a pas épargné son corps, il ne paraît pas vieux, juste fragile. Il ne s’exprime pas, ou en tout cas pas à travers des mots, et semble à peine remarquer les présences autour de lui. Son attention est dédiée à la végétation du mausolée de l’aînée dont il ne sort pas ou très peu. Protecteur des Écarlates, de la Soeur du Lierre et de l’aînée, il ne vit, semble t-il, que pour elles.

L’aînée et lui se sont rencontré dans un rêve. Durant le rêve de mille an de la jeune melnibonéenne, en réalité. Lui ne venait pas de l’Île aux Dragons et elle n’avait connu, à l’époque, rien d’autre. Au gré du millénaire d’existences que vécut la princesse, elle croisa la route de cet étrange garçon d’un autre coin de l’Empire dont elle n’avait probablement jamais entendu le nom. Les deux se retrouvèrent ainsi maintes fois et devinrent confidents l’un de l’autre. Confidents et amis. Amis puis amants. Jusqu’à la fin du rêve initiatique dont on tira brusquement l’aînée. Peu crurent la melnibonéenne quand elle leur raconta l’histoires de ces rencontres ponctuelles dans la continuité d’un rêve aux contours chaque jour un peu plus flous.

Il fallu des décennies de recherche pour que l’aînée parvienne à retrouver le chemin de ce songe inachevé, grâce à d’antiques sorcelleries de son peuple. Chaque nuit, les deux se rencontraient dans de lointains royaumes dont eux seuls avaient la clé. Jusqu’au sacrifice de la princesse.

Lui entendit, à travers les portes des mondes oniriques, le cri de celle qui était son âme soeur. Traversant seul l’empire en proie à une guerre totale avec le peuple Dharzi, il finit par arriver dans l’Archipel alors calciné, puis au mausolée où était emmurée l’aînée. Se frayant un chemin à l’intérieur, il piqua la peau de la princesse de graines d’essence divine, la Soeur du Lierre, supposées rendre la vie à leur hôte. Mais l’aînée et son âme avaient été mises à mal depuis trop longtemps, et la princesse ne revint jamais d’entre les griffes de Chardros. Pas directement en tout cas. La Soeur du Lierre, elle, poussa des entrailles de l’aînée et se para de fleurs rouges merveilleuses, réceptacles de souvenirs de l’aînée. Lui comprit, alors, la tâche qui l’attendait.

Usant de ses meilleurs sortilèges et de ses plus puissantes runes, il déroba le mausolée du regard des dieux, du temps et du destin, afin de pouvoir aider la Soeur du Lierre et les Ecarlates à grandir pour aussi longtemps que son corps le permettrait. Il s’emmura donc avec elle durant des siècles, tandis que les racines noires s’étendaient sur l’île puis sur l’Archipel. Au cours de cette existence bien trop longue, et bien trop solitaire, il oublia le sens de la parole. Les runes qu’il avait lancé, très puissantes et maintenues bien trop longtemps, consommaient petit à petit tous ses souvenirs à l’exception de ceux, pourtant irréels, qu’il partageait du rêve initiatique de l’aînée.

Le destin, et le regard des dieux, revinrent ses manifester à lui sous la forme d’Arvon le Sanguinaire. Depuis cet instant, le melnibonéen prépare ceux qui aideront la Soeur du Lierre après lui, car aucun mortel ne saurait vivre aussi longtemps sans s’attirer l’ire des Seigneurs d’En-Haut. Depuis cet instant, le melnibonéen sait qu’une passion vieille de près de deux millénaires touche à sa fin.

Celui qui Veille sur l'Aînée

Mournblade Shmngg Shmngg