Reemah ben Dekh VI al'Aliisyo

Reine d'Aliisyos, la Reine Noyée et Souverain aux Intentions Justes

Description:

Femme volontaire et ambitieuse, Reemah n’a jamais caché son désir d’accéder au trône, à l’image de celle à qui elle doit son nom, la princesse puis reine Reemeh de Gorjhan. Femme de cour et intrigante ostracisée de la Cité Oblique, son caractère noble se traduit par une grâce exceptionnelle et un port altier. Charmante à bien des égards, et tout aussi coquette, elle revêt plus volontier des atours d’inspiration estienne dont elle préfère la simplicité et l’élégance.

Bio:

Descendante de Reemeh

Celle qui naquit princesse Reemah est la soeur ainée d’Aydin III, qui fut roi d’Aliisyos de 360 à 363 JR, Theonir 19, sous la tutelle de Maziar le Sage, de Reemah puis de Jolam Vahid. Très jeune, la princesse caractérielle se rebiffa contre les lois du royaume lui barrant la route du trône. Inspirée notamment par l’une de ses gouvernantes, gorjhani d’origine, elle découvrit l’existence de la reine Reemeh à travers Cent Nuits et Mille Divinités, l’oeuvre du poète vilmirois Albacus Xepes. Se découvrant un lien de parenté et un lien de pensée avec la souveraine de Gorjhan, Reemah entreprit de braver les interdits de la société Aliisoise en se formant à la sciente politique. Du jamais vu pour une femme de sang royal.

Profitant de son emprise sur son père, et de la bienveillance de sa mère, Shadi, elle se plaça à des postes de pouvoir mineurs puis graduellement de plus en plus importants, sans toutefois trop heurter les prérogatives des grandes familles de la cité. Gestionnaire compétente, quoi que pas exceptionnelle, elle su s’entourer de conseillers avisés et accomplit sa tâche avec succès et fierté. Son ascension trouva une fin brusque à la mort du roi Dekh VI, peu de temps après qu’il eut promulgué une loi modifiant l’hérédité de la couronne. Celle-ci, désormais, revenait aux héritières royales en l’absence de mâle dans la lignée royale. La régence du jeune roi Aydin III ne lui fut pas confiée, comme elle l’espérait, mais fut accordée par sa mère à Maziar le Sage sur les recommandations d’Horas Vahid. Déconfite et humiliée, Reemah s’exila à Ephoran auprès de la famille Rekius en vue de regagner des forces.

Une succession de tentatives d’ingérence de puissances étrangères, à Fort Lassius et à Aliisyos même, lui permit de revenir sur le devant de la scène en écartant du pouvoir Maziar le Sage, corrompu par le pouvoir Nëlin et en se faisant, de fait, nommer régente de son frère. Ceux qui connaissent le fond de l’histoire savent que les Élus participèrent à orchestrer ce retour aux affaires, coordinant les efforts avec ’l’officier de Ketna Orval Sekim.

Une régence difficile et un règne béni des dieux

A peine en place, Reemah dû faire face aux oppositions ouvertes et cachées d’adversaires politiques farouches et désireux de faire avancer leur propre agenda. Ces oppositions furent grandement renforcées par l’avènement de la Perle d’Artigkern, qui provoqua un exode de la population et une perte importante du déjà faible contrôle de Reemah sur la cité. Pire encore, la reine-veuve Shadi se révéla plus intéressée par le pouvoir qu’il n’y semblait à première abord.

Les troubles politiques durèrent des semaines avant qu’ils culminent par l’assassinat de la régente, lors de la cérémonie religieuse marquant la fin de l’épisode de la Perle d’Artigkern et honorant le héros sacrifié pour la refermer, Narayan. Néanmoins, quelques jours seulement après son décès, une vision assaillit Aphia, une vision dans laquelle le souverain légitime d’Aliisyos ferait son retour dans la cité. Le lendemain, Reemah se trouvait dans la salle du trône, et malgré quelques heurts avec Jolam Vahid, elle accéda à ce qu’elle avait toujours convoité : elle était désormais reine d’Aliisyos.

Reemah ben Dekh VI al'Aliisyo

Mournblade Shmngg Shmngg