Pan Tang

Pan_Tang.png

Pan Tang est située entre le Plus Vieil Océan et le Détroit du Chaos, et vise à émuler l’empire de Melniboné en étant à son tour une puissance conquérante. Les prêtres sorciers de cette nation pactisent chaque jour un peu plus avec le Chaos, s’octroyant magies et puissances de ces dieux fort généreux. La nation de Pan Tang est dirigée par un Théocrate, haut-prêtre du clergé du Chaos.

Pan Tang ne compte qu’une unique ville : Hwamgaarl, sa capitale, crainte et détestée dans les Jeunes Royaumes. Baptisée la Cité des Statues Hurlantes en raison des nombreux opposants de Pan Tang pétrifiés par ses mages sur la muraille de la ville, Hwamgaarl est une cité chaotique et malsaine. Ses ruelles sont nombreuses et sombres, et dans ces ténèbres, milles choses sont tapies, attendant leur heure.

Pan Tang est un royaume cruel qui se réjouit dans le sang et dans la douleur, dans une brutalité que les Melnibonéens trouvent vulgaire, et c’est peu dire. L’esclavagisme est très présent à Pan Tang et les esclaves sont issus des royaumes voisins ou bien d’imprudents navires ayant été abordés par les nombreuses flottes pirates du royaume.

Pan Tang provoque la peur et la haine. Aliéné mais puissant, Pan Tang semble chercher une domination des Terres de l’Ouest, chose qu’elle n’a pas réussi à s’octroyer pour l’instant. Mais chaque jour, Pan Tang prépare un peu plus son invasion et ses Prêtres-Sorciers se font impatients.

Esclave.png

Histoire

La Province de Pan Tang est l’une des provinces les plus pauvres de l’Empire tout au long de son histoire sous le joug Melnibonéen. Pan Tang est utilisée comme réservoir à esclaves, comme prison pour Melnibonéens dissidents et comme théâtre de chasses à l’homme lugubres ou de mises à mort rituelles spectaculaires. Les humains de Pan Tang finissent par se révolter contre leur condition en -127, plus d’un siècle avant la révolte du Lormyr et la fin de l’Empire.

Armée de presque rien, si ce n’est l’envie d’être libre, l’île résiste bien plus longtemps qu’on ne l’aurait cru et il faut presque un an à Melniboné pour venir à bout des révoltés. L’île est mise à feu et à sang et Imrryr se désintéresse de son avenir : Pan Tang devient, de fait, plus ou moins indépendante, mais l’île est désolée et maudite, et tous dans l’Empire comprennent que la libération ne sera pas si aisément acquise…

Cependant, parmi les cendres et les cadavres, certains esclaves survivent et se regroupent, formant de nouvelle communautés mues par une rage de vaincre. Chaque homme, femme ou enfant de ces communautés avait perdu foyer, possessions, famille et avenir. Là où les atrocités commises au Vilmir l’ont poussé vers la Loi, Pan Tang compris de son châtiment qu’on ne pouvait que combattre le feu par le feu et, lentement, a entamé un rapprochement avec les Seigneurs du Chaos. Chardros, d’abord, puis graduellement tous les seigneurs de l’entropie à l’exception d’Arioch.

Les siècles passant, la doctrine de l’arme nécessaire contre Melniboné se transforme en une admiration secrète de l’œuvre accomplie par l’Empire, puis en une jalousie et une envie de devenir l’égale de l’Île aux Dragons.

Armées

Militairement, le Pan Tang préfère les escarmouches aux conflits d’importance. Les combats au sol, principalement dans les Terres de l’Ouest, sont effectués par le Dharijor, vassal de la nation insulaire. Les Tigres de Pan Tang sont sans doute la troupe la plus connue de l’île et n’ont, de tigre, que le nom.

8fad04a6491f142964a33c8b79feb036-d4iamif.jpg

Personnages

Theocrate.jpg Théocrate de Pan Tang
Despote de Hwamgaarl

Pan Tang

Mournblade Shmngg SimS