Pigments-songes

PS_Titre.png

Pigments.jpg

Les Melnibonéens sont réputés pour leur usage massif de drogues aussi diverses que variées, et il n’est donc pas surprenant que l’héritage le plus étrange qu’ils ont laissé à la ville d’Occelia soit l’une d’elles. En accord avec l’histoire et les légendes de la cité, celle-ci se présente sous la forme de poudres aux couleurs vives qu’on a baptisées “pigments-songes”. Les érudits prétendent que les pigments-songes sont une corruption typiquement melnibonéenne des couleurs qu’utilisaient le géant qui a peint la région.

La physiologie des Melnibonéens est différente de celle des humains et il est difficile d’affirmer quel était l’effet des pigments-songes sur leur organisme. Peut-être ce facteur peut-il expliquer qu’ils n’aient pas souffert des effets secondaires qui frappent les consommateurs humains de la drogue, ou peut-être ces effets n’étaient-ils tout simplement pas considérés comme un problème dans leur société décadente. A moins que les secrets de la fabrication de cette substance ait été mal transmis lorsqu’ils sont passés à leurs anciens esclaves et que les pigments-songes d’aujourd’hui ne soient qu’une imitation inférieure de la substance d’origine ?

Peu importe. Aujourd’hui, les humains fument les pigments-songes à l’aide de longues pipes en métal, qui acquièrent au fil du temps de nombreux reflets colorés suite à la combustion des pigments. L’effet le plus marquant de la drogue est d’accentuer à l’extrême les couleurs et leur perception pour le consommateur, rendant le monde autour de lui incroyablement riche et vibrant. Certains prétendent que les pigments-songes lèvent un voile qui pèse sur la réalité telle que nous la percevons, permettant de se rapprocher de sa véritable nature pleinement exprimée. C’est pour cette raison que les pigments sont particulièrement recherchés par les sorciers, qui pensent qu’ils facilitent l’usage des runes. Il est en tout cas certain que la création d’une rune alors qu’on a consommé des pigments-songes est une expérience d’une puissance sans égale.

Malheureusement, les pigments-songes créent très rapidement une importante dépendance chez ceux qui les consomment, car le monde entre deux prises leur paraît vite gris et terne. Pour essayer de retrouver l’intensité des expériences qu’ils ont vécues, ils se livrent à des actes de plus en plus extrêmes, qui les poussent souvent à la violence. Là encore, les sorciers sont particulièrement touchés, car l’utilisation de leurs runes, inscrites directement dans l’essence de la réalité, sont une façon efficace de se rapprocher de la perception amplifiée que confèrent les pigments.

On reconnaît les utilisateurs de cette drogue aux colorations iridescentes des veines à la bordure des yeux ainsi qu’à la coloration des lèvres et à l’assombrissement des iris.

Les pigments-songes ne peuvent être fabriqués qu’en distillant avec une grande précision un grand nombre de composants, tous issus de la région d’Occelia. Toutes les tentatives visant à recréer la substance à partir d’autres matières premières ont échoué. Cela n’est techniquement pas une surprise au vu de la complexité du processus, mais conforte la thèse selon laquelle ce sont les couleurs primordiales d’Occelia qui donnent son pouvoir à la drogue.

Pigments-songes

Mournblade Shmngg Shmngg